Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2009

Mépris

 

 

Ces derniers jours je me suis interrogée sur le sens du mot « mépris ».

Comme tout mot, en dehors de sa définition bien connue de nos dictionnaires, il a un sens subtil bien personnel qui fait état de tout un vécu et référentiel tout ce qu’il y a de plus intime et spécifique.

Je me suis interrogée sur ce que cela représentait vraiment, comme sens, ce mot pour moi, et quels étaient tous les autres mots que je lui associais.

 

Voici la liste des mots associés ou étant pour moi une sous partie de :

-Indifférence

-Supériorité

-Facilité

-Mésestime

Le mépris fait en faite partie des sentiments qui, lorsqu'ils me sont destinés, me blessent profondément et me heurtent. Je n'arrive pas encore, dans beaucoup de situation à être détachée face à lui! Je n'aime pas le mépris! et pourtant je pense moi aussi en faire preuve.... mais le regrette, n'en suis pas fière...

 

 

J’ai aussi cherché auprès de mon Robert, qui m’a dit ceci :

Nom masculin

1) « Fait de considéré comme indigne d’attention, sentiment qui ne pousse à faire aucun cas »

Dédain, indifférence (sens dans lequel j'ai employé ce mot dans ma note sur Gonflée)

2) « sentiment par lequel on s’élève au dessus de »

3) « sentiment par lequel on considère  quelqu’un comme indigne, comme moralement condamnable »

Dédain, dégout, mésestime

Dépréciation, péjoratif

4) affront

 

Il est fort mon Robert quand même ! Je l’ai toujours préférée à la Rousse !

 

Puis mon petit Wiki :

Participe passé substantivé du verbe méprendre (ha bon ??)

-Sentiment par lequel on juge une personne ou une chose indigne d’estime, d’égards, d’attention.

-Sentiment par lequel on s’élève au-dessus de l’amour de la vie, de la crainte de la mort, du danger.

 

Wiki est souvent très succincte et bien moins forte que Robert, si ce n’est qu’elle a des liens très fort avec le reste de sa communauté de mots…

 

 

Puis j’ai cherché quelques citations :

 

« La plupart des mépris ne valent que des mépris »

Montesquieu

 

« Il n'est réplique si piquante que le mépris silencieux »

Montaigne

 

« Le silence est l'expression la plus parfaite du mépris »

George Bernard Shaw

 

« C'est de ne pas mépriser assez certaines gens que de dire tout haut qu'on les méprise. Le silence seul est le souverain mépris »

Charles-Augustin Sainte-Beuve (il en rajoute une couche celui-là sur le silence !)

 

« Le mépris tourne vite à l'éloquence »

Georges Bernanos

 

S'il y a dans le sublime de l'homme les trois quarts de folie, il y a dans la sagesse les trois quarts de mépris

Jules Barbey d’Aurevilly

 

Et oui y’en a à la pelle des proverbes et citations en tous genres sur le sujet. Mais je finirais sur un qui me va bien :

La hauteur de l'orgueil se mesure à la profondeur du mépris

André Gide

 

 

Bon après vous me dirait, c’est bien beau toute cette sémantique ras les pâquerettes, et ?

Hé ben, la vraie question n’est pas tant de savoir quel sens je mets derrière ce mot, mais quel est le sens de l’autre dans ce mot, dans cette attitude !?

Question à laquelle je ne répondrais pas, et n’essaierais même pas, mais qui m’amène à penser que en tout acte, en toute parole, il bien plus sage et apaisant de se garder de coller son propre sens à ce qui n’a que le sens de l’autre !

 

Conclusion : cesser de penser à travers soi et s’éviter ainsi bien des peines et des mépris… d’interprétation  ;-) Woué la vie est bien trop courte pour se faire chier avec ce qui n’est que tu vent !

 

08:40 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Ne t'inquiète pas je passe et je te lis...

Écrit par : Sadness | 30/03/2009

Tant que tu es là pas loin, ça va... :-)

Écrit par : Pom | 01/04/2009

Les commentaires sont fermés.