Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2009

L’attente…

 

Nuit de merde en réveil et sommeil, à sentir planer un malaise, un sentiment de rien

Je me lève, mal au dos, certainement la séance d’ostéopathie de la veille.

Je m’assoie sur le canapé et pleure

Je ne suis pas chez moi et incongrue dans ce salon à sentir les larmes toutes chaudes perler sur mon visage.

Je ne sais quoi faire de moi à cet instant

Je pense partir, discrètement tant qu’il dort

Mais cela ne me semble pas correct

Alors je fais la vaisselle

Et j’attends

Le temps passe

Le temps est beau

Je sens les rayons du soleil

C’est doux c’est chaud…

 

A cet instant, comme toute cette nuit, je me sens impuissante

Il me semble que je ne peux qu’attendre

Je me dis :  «  faut avoir confiance en la vie…. Elle est surprenante … »

 

J’attends une manne qui ne tombera certainement pas mais auquel je crois. Il ne me reste plus que cela : croire !

 

Depuis le mois de juin, mon dossier CAF est en attente d’être étudié… je sais maintenant qu’il ne le sera pas avant septembre.

Je vis donc sans rien en attendant…

Je paye mon loyer, mon prélèvement EDF/GDF (de 150€) et toutes les autres charges obligatoires avec mon autorisation de découvert. Mais j’arrive au bout de ce découvert…

Pour le reste, je fais les fonds de placard et j’ai profité de 3 courgettes et salades données.

Mais demain ?

Je n’aurai plus d’essence dans ma voiture bientôt. Plus qu’une barre que dit la jauge.

Juste de quoi rentrer chez moi….

Avec quoi vais-je nourrir mes enfants ? Je ne le sais pas.

Je cherche des petits boulots au black : garde d’animaux, travaux de jardin, d’entretient maison, aider au potager en échange de légumes… mais rien !

Alors j’attends….

Je suis démunie

Ça ira mieux plus tard…

 

J’attends aussi en regardant pousser l’être que j’ai certainement le plus désirer au monde, le plus aimer, ma chaire, mon sang, me mépriser !

Un jour cela changera, je le sais. Age ingrat d’une enfant en colère, en révolte qui se cherche…

Je la regarde et ne la reconnais plus.

Depuis que son père est re-rentrer dans sa vie, lui si absent, je la vois refléter un peu plus chaque jour son image : bêtise, égoïsme, mensonge, manipulation…

Où sont passées toutes les valeurs humaines que j’ai données et portées chaque jour ?

J’attends tout autant son départ en internat, pour ne plus avoir à subir l’outrage douloureux de ses griffes dans mon cœurs chaque instant, que de la voir un jour revenir en ayant compris…

Je sais que quoi que je fasse rien ne change, que nos enfants ne sont pas nos enfants, qu’ils en font que passer à travers nous…

J’ai mal ! Mal dans mon amour de mère rejetée et dans ma conscience de mère n’arrivant plus par moment à aimer son enfant !

 

Et je suis là, chez cet autre sans savoir ce que je dois y faire et pourquoi j’y suis, en fin de compte…

Ce que je représente pour cet autre, je ne le sais.

Peu de chose certainement…

 

Rien

Rien à aimer

Rien à manger

Rien à être

 

Bon, maintenant il faut que je sèche mes larmes avant qu’il en se réveil… j’en ai autant envie que …. Pas !

Je ne sais pas, je ne sais plus, je ne sais rien !

Je vais attendre… et la vie me dira…

 

12:10 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

03/08/2009

Epuisée quand il fallait pas !

 

Bon, y’en a marre ! Ça fait 4 jours que je suis morte, vidée, totalement inapte et avec mal au bide !

Du coup : plus rien ! Clouée chez moi en état neurasthénique !!!

Zut zut zut zut zut zut !!

Y’en a marre !!!

4 jours !! 4 !!!

Et ce soir, je m’étais dit : bon, 4 jours, ça devrait aller mieux, un peu, alors tu vas pouvoir rejoindre le monde qui t’attends pour ta partie de bowling du lundi !

Hé bien non ! Je viens d’annuler ! Dégoutée ! Avec plus l’envie de dormir que de toute autre chose !!

Non mais zut ! J’ai un été sympa, la possibilité de faire des trucs pas habituels, j’ai pas trop mes enfants donc pas mal de liberté et voilà que je reste chez moi !!

Demain je dois sortir me faire mon plan Q de la semaine et bien j’ai même pas envie tellement je me sens fatiguée ! Et ça commence limite à me taper sur le moral !!

Autant ça me ferait plaisirs de ne pas être chez moi, autant être pépère sur un canapé à ne pas bouger (et pas parler non plus, c’est dire… !) me semble le maximum de ce que je peux donner !!

Et pourquoi j’ai mal au bide d’abord ??!

Bon demain, je vais annuler mon RV kiné et j’ai RV avec un acupuncteur (que j’aime moyen mais bon, il est dispo et pas cher puisque quasi totalement remboursé) et mon ostéo (lui par contre va me couter 1 semaine de bouffe !). J’espère qu’ils vont me requinquer !

Tout de même ! Cela ne peux pas durer ! Je suis limite à déprimer là !

J’ai l’entrain moral du poulpe au soleil !

Fais chier !!!

Zut zut zut zut zut zut !!

19:25 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (3)

29/07/2009

Petites nouvelles en passant

 

 

Augmentation nette de mon sex appeal. Cela papillonne de plus en plus autour de moi ces dernières semaines. Des papillons de 25 à 45 ans, de tous genres mais tous biens intéressants à connaitre.

Je les laisse faire leur battement d’ailles pour l’instant, sans précipitation….

En tout cas, je trouve cela assez étonnant…. !? Agréable (surtout certaines jolies choses qui me sont dites, et le meilleurs certains regard….) mais étonnant, même un peu déstabilisant…

 

 

Quelques plans Q avec mon ex. No comment !

Avantage certain : pas de préservatif ! Car rien ne vaut la nature toute nue

 

 

Ça bouge pas mal sinon. Toujours sur ma lancée d’été sportif. Enfin sportif entre guillemet car j’ai des muscles qui se sont transformés en meute de beurre ces dernières années. Mais malgré tout je reste motivée et le prouve !

 

 

Je sors 2 fois par semaine en moyenne sans enfant. Rencontre des gens nouveaux. Fais des choses que je ne faisais pas habituellement.

 

 

J’oscille toujours d’un jour sur l’autre avec une humeur interne radieuse et l’autre jour une humeur grise et désabusée.

 

 

Il fait beau. Mais ça vous le savez déjà. En tout cas j’apprécie cela chaque jour, et tout est ouvert en grand chez moi pour laisser rentrer le soleil (let’s the sun shine in).

 

 

Je pense fort à Laetitia tous les jours et lui fait un gros bisou en passant….

 

 

Enfants, chat, lapin vont bien.

 

 

Tout est paisible

 

 

Il me reste encore quelques tracasseries administratives à boucler tranquille d’ici la fin des vacances.

 

 

Pour une raison que j’ignore, tous, je dis bien tous, les matin je me réveille avec une boulle dans le ventre et une peur dans les tripes !! Heuu bah là en écrivant je viens de réaliser un truc : sauf quand je me réveil à coté de quelqu’un…. !!!

A méditer ! En tout cas pour l’instant je ne comprends pas bien d’où cette « peur » peu venir. Nul danger autour !

Il est certain que le pourquoi est plus profond et a été déclenché par la séparation avec mon ex ! Allez comprendre… moi je ne comprends pas… ! je vis avec pour l’instant et c’est pas agréable du tout !!!

 

 

J’ai fait y’a quelque jour un super rêve érotique où je faisais l’amour avec une femme… puis un homme nous rejoignait….

Ma libido est en ce moment comme le soleil : à son maximum !!

 

 

Je ne me sens pas des plus heureuses (même triste au fond, encore) mais tout va bien ! Et tout va mieux !

 

 

Je viens de réussir à perdre 400g ! C’est peu mais si au moins ça pouvais continue tranquille encore pendant quelques temps… car ça fait tellement de mois que je ne n’arrive plus à tomber les Kg, que dis-je, les grammes ! Et je n’ai pas abandonnée mon objectif à terme de : - 7 Kg

Bref, 400g par mois, moi ça me va ! Je ne suis pas pressée. Le tout étant que ça aille dans le bon sens (et que ça continue!).

 

 

J’ai repoussée mais pas abandonnée, l’idée de faire quelques grands rangement de fond chez moi avant la rentrée.

 

 

Je me lève tous les jours à 10h. Je faignante tous les matins. Je vis cool tous les jours.

 

 

J’ai décidée de ne pas me faire bronzée cette année. Ma peau blanche me va très bien !

 

 

Bon, je vous laisse, faut que je m’active. Je vais ranger, préparer et tout et tout, et amenée mon fils chez une copine, filer chez l’esthéticienne, courir à mon initiation au Karaté et finir chez mon ex…. pour repartir le lendemain chez mon ostéo et aller à un cours de Salsa débutant (oui je n’ai pas renoncée à atteindre le niveau de la mer ! j’y arriverai un jour, j’y arriverais !)

 

Bon sun shine in à tous

12:35 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

20/07/2009

Vacances

 

 

Les vacances sont là, depuis un moment même, il est donc temps que j’en prenne coté « informatique » également !

Donc, sauf exception où une envie irrésistible envie (besoin ?) de prendre mon PC pour pondre un truc sur Pompompom me vienne, je ne vais plus être dans le coin les jours prochains !

 

 

Profitez bien du soleil et des oiseaux qui chantent en attendant …

08:37 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

19/07/2009

Tu meurs

 

J’ai une grosseur hahahaha, bah on sait bien que t’as une grosseur, même plusieurs, hahaha, même partout !!!

Heuuu oui ! Et contente que tu ne m’es pas sortie un truc du genre : « t’es bien une grosseur à toi toute seule ! » c’est fin et délicat !

Oui bah, j’en ai une en plus !!

Oui c’est pas malin !!... enfin, si peut-être, enfin ça reste à voir !!

Bref, la politique de la maison en ce moment est de limiter les grosseurs justement !

Donc, va falloir surveiller à ce que cela ne grossisse pas encore que dit mon médecin !

Bah, oui, faut faire un régime ??

Non, car moi les régimes j’aime pas ! Plutôt mourir que d’en faire un !!

Donc à ce sujet :

Je lègue ma fille à son père, juste le WE car la semaine elle est en internat, donc ça reste pas trop lourd comme dette à gérer (et ça lui fera les pieds ! non mais !).

Je lègue mon fils aux bonnes œuvres, oui y’a du potentiel avec le temps, à moins que ma mère veuille faire une OPA sentant le filons à exploiter pour sa retraite futur.

Quant’ au chat, dans un moment de mansuétude liée à mon déclin, je l’offre sans compensation à mon ex.

Par contre mon lapin je le donne sans retenue à tout jardinier amoureux transie de son jardin, pour découvrir les joies du lapin amoureux lui aussi de toute plantation et terre bien labourée.

Ha j’allais oubliée, le nerf de la guerre : mon argent, mon patrimoine !

Je laisse mon banquier avec qui je partage une relation de confiance désintéressée et d’amour mainte fois répété, le plaisirs de clôturer mon découvert et de relouer ma maison pas à moi.

 

Voilà ! tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, et un proverbe à la con ne suffisant pas, je rajouterai même :  « qui vivra, verra ! »

22:31 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (1)

18/07/2009

Moins mais pareil

 

Y’a un type un jour qui a dit :  « travailler plus pour gagner plus » !!! ….

Et bien, ce que tout le monde ignore, c’est qu’il y avait écrit aussi, un peu plus bas : « travailler moins pour gagner autant ! »

Si si.

Un exemple, au hasard : Moi !

Je fais le plus dure métier du monde (et sans prime de risque) : Maman !

 

***Petite aparté :

Définition de la maman : infirmière, assistante sociale, sos amitié, couturière, laveuse de tout ce qui se lave, cantinière/cuisinière, éducateur sportif, institutrice, bureau des réclamations, doudou géant, arbre à chat, JO et JO, bavoir, corne d’abondance financière, secrétaire, commercial éducatif, employée de maison, femme de chambre, technicien es ampoule et piles, psychologue avec spécialité socio-psychiatrie de l’adolescent, gardienne, documentaliste, conseillère habillement & déco, réveil matin, somnifère du soir, conteuse, distributeur d’amour, productrice d’aliments dans frigo, clown…  16 h (ça c’est mon option temps) +  8 h d’astreinte par jours.

Avec comme compensation une mise au rebut à 20 ans et 15 colliers de nouilles dans le placard.

***Fin de l’aparté.

 

Bon, actuellement je suis en vacances. Oui juste 2 mois !

Normal !

Et bien à la rentrée, je vais passer de mon 50% mère option petite femelle sur patte…

- oui, pour ceux qui ne le savaient pas encore, j’avais déjà bénéficié d’une réduction de mon temps de travail à 50%, il y a 10 ans de cela déjà.

Le reste des 50%, Monsieur géniteur récupère femelle sur patte.

Enfin en théorie car beaucoup de petites choses de rien du tout, du tout (le roi et l’oiseau) comme les consultations médicales en tous genre, les papiers, les démarches administratives, les réunion parents/prof, les activités… seule moi en avait la charge… !

- donc revenons à nos moutons acnéiques

Ma petite femelle sur patte va partir en internat à la rentrée, réduisant ainsi mon mi-temps en 1/7ème de temps. Oui juste 1 WE sur 2.

Moins tous les trucs précités, vu que j’ai décidé, en accord avec moi-même, à partir de cette année de ne plus du tout m’occupé de toutes ces petites choses de rien du tout, du tout, pour la plus grande découverte de monsieur géniteur !

Quelle joie pour lui. Il va pouvoir briller par ses talents de … (heuu je cherche)… de…. (heu je ne trouve pas)…. Heuuuu….

Sinon, concernant petit mâle sur patte, d’un 16h/jour d’occupation du sol maternel, on va le délocaliser 6 à 8h / semaine, et ce n’est qu’un début… !

Donc 10% de travail en moins !

 

Voilà !

Et malgré tout je vais être payée pareil !!

 

Haaaa quelle feignasse je vais pouvoir faire en plus.

Car ne compter pas que j’en profite pour ranger et nettoyer ma maison, non !

Je vais en profiter pour vivre !!

Et ce n’est pas facile de se reconvertir professionnellement !

Faut lâcher ses veilles habitudes de travail, se faire un nouveau relationnel professionnel, changer de rythme… et tout et tout…

En plus cela demande de l’adaptabilité et de la remise en question !

Bref, c’est courageux tout de même !

Je me félicite pour le coup !

Clap clap clap

 

Sinon pour finir et revenir au sujet, j’ai des amis fonctionnaires (et informaticien aussi, ils cumulent les pauvres…), et bien ils décident souvent (je crois même tout le temps, sauf une fois dans l’année sans savoir trop pourquoi d’ailleurs) de travailler moins ; et ils sont payés pareil !!!

 

Comme quoi ça vaut pas le coup de s’en faire dans la vie….

09:30 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (2)

16/07/2009

La bastille la bastille

En cette nouvelle année du 14 juillet, je … Quoi ?

On n’est pas le 14 juillet ?

Si si, pour preuve je viens de voir le feu d’artifice !

Et donc on est le 14 même s’il l’ont reporté à cause du temps et que ma note est publiée le lendemain car de toute façon le temps c’est abstrait et j’ai décidé, donc !

Je reprends : En cette nouvelle année du 14 juillet, je … Quoi ENCORE !! ?

On n’est pas la nouvelle année ?!

Comment ça !!?!!

Bah si !

Moi c’est le jour du 14 juillet même qu’il y a le feu d’artifice tout ça à cause du peuple et de la bastille et comme je les comprends depuis qu’on a Sarko au pouvoir et que c’est donc la révolution et c’est pour ça que c’est la nouvelle année !

 

En cette nouvelle année du 14 juillet, je prends comme résolution de :

Oui alors l’année dernière j’ai pas pris de résolution de nouvelle année 14 juillet car je ne suis pas aller voir le feu d’artifice, du coup il n’y a pas eu de nouvelle année ! Mais bon vu que l’année dernière j’avais la motivation du concombre dans son réfrigérateur… !

Peufffff ! Vous me couper tout le temps et je ne peux pas faire les résolutions de nouvelle année 14 juillet avec feu d’artifice, super jolie en plus et pourtant chez nous c’est un peu la campagne mais on fait aussi bien que la grande ville en moins polluer et avec des gens plus sympa.

Pour preuve demander à un habitant de ma ville il vous dira qu’ici c’est mieux que ailleurs et que le 14 juillet il est beau comme un camion dans le ciel !

Alors, voilà, pour le coup j’y suis allée cette année, d’un pas décidé, oui tout à pied de chez moi et ça fait achement du bien de bouger son corps dans la nuit, ce qui me rappelle…. Heu non je ne vais pas en parler ce soir car après vous aller pas lire mes résolutions de la nouvelle année 14 juillet.

Je prends donc la résolution solennelle de :

-Ne plus prendre contact avec des gens qui eux ne prennent jamais contact avec toi

-De faire du sport, plus de sport, vraiment plus de sport (et le pire c’est que j’aime ça)

-De perdre, même si j’ai tendance à prendre en ce moment, au moins 5 Kg d’ici le 1 janvier (pourquoi le 1er janvier ? ché pow).

-de…non en faite ça suffit là ! Hé c’est déjà beaucoup ! Vous ne vous rendez pas compte !!!

18:06 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2009

Barrières

 

Depuis 1 an, en sus de tout ce que j’ai pu changer et remettre en question, je me suis défiée !

 

Pendant des années, j’ai grignoté petit à petit, mes barrières protectrices. Pas trop vite, pour me rassurer, pour toujours rester dans ma zone de confort.

Cela, d’ailleurs me ramène à penser à cette phrase dite un jour (il y a plus de 4 ans) lors d’une formation : « On doit savoir, chaque jour, au moins une fois par jour quitter sa zone de confort, pour avancer ».

Et cette personne d’insister en s’adressant à moi :  « Pom, quitte ta zone de confort, mets toi un peu en instabilité, dans la gène, dans la difficulté… ! ».

J’ai acquiescé !

J’ai pensé qu’il me fallait….

 

Mais je n’ai pas fait !

 

J’ai continué, à grignoter consciencieusement, en me flattant d’avancer et en me rassurant d’y arriver….

 

Mais savoir n’a jamais aidé à avancer.

Vouloir si !

 

Un jour. Il y a 1 an, tout à changé !

J’ai tapé du pied, j’ai décidé de tout faire tomber !

Quelle ambition !!

 

Aujourd’hui, elle est toujours là, cette rage de vaincre mon geôlier et de regagner ma liberté !

 

Peur !

Peur ?

De quoi ?

Pourquoi ?

 

Cela n’a pas de sens !

 

Ainsi je me mets au défi !

Parfois ça gène

Parfois ça fait mal

Parfois ça fait peur

Mais qu’est-ce que ça fait du bien !

Et c’est grisant !!

(Ce qui est drôle, c’est qu’une fois fait, on se dit : « waouuu ! Heuuu en faite ce n’était pas grand-chose ! »)

 

Je me sens de plus en plus légère et capable, et cela fait boule de neige….

 

Parfois, je suis amusée de regarder la futilité de ce qui me semblait essentiel jadis !

Comment ai-je pu avoir peur, là où seul moi guidais mes pas !?

Qu’ai-je a risquer réellement !?

A part la mort, qu’est-ce que je ne peux pas changer ?

Je suis libre de faire et défaire, d’aller pour m’en retourner, de prendre pour en changer, de bifurquer, de réajuster, de m’arrêter !

 

Et la vraie vie, la vraie liberté, la vraie originalité est dans ce que je suis, dans ce que je pense, dans ce que j’impulse, je dégage et non dans l’image extérieur plan plan d’une vie.

Un mari, des enfants, un chien, une maison, une cheminée (haaa quelle horreur me suis-je tant dit par le passé) peut être tellement plus décalé, différent, libérateur, qu’une vie seule au comportement anarchique à vadrouiller de part la vie…

Illusion souvent !

On créait un cadre (barrière) qui rassure dans ce que l’on pense être mais qui n’est qu’apparence et ne définira jamais ce que l’on peut être, vivre, ressentir !

 

Nos peurs sont à l’image de nos barrières : futilité et illusion de pensée !

On s’y accroche comme des pieux au mur pour ne pas tomber dans un vide qui n’existe que dans notre imaginaire !

Ainsi, on ne vie pas ! Car vivre c’est risquer, risquer de vivre !

 

Aujourd’hui, j’ai envie de dire merde à toutes mes peurs et de faire (avec où non succès, cela m’est égal et ne changera rien) ce que je me suis toujours retenue (convaincu par mes bonnes mais fausses raisons).

 

Barrières je t’emmerde et tu me fais chier !!

Et si tu savais comme je n’aime pas être vulgaire, comme je n’ai pas été élevée ainsi, mais comme cela fait du bien de l’être !!

16:53 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (0)

Gnan gnan

 

Mon humeur générale interne (je précise le coté interne de la chose car comme d’hab à l'extérieur ça parait vivant souriant le poils soyeux l’œil vif) est maussade et meme soyons téméraire « déprimée ».

J’me sens pas belle (oui comme la chanson), nul, bête, inintéressante !

Merveilleuse dégringolade narcissique !

Mais où est donc passé mon amour de soi !

Putain bordel à nouille !

Oui je tente la colère parfois ça relance la machine à amour !! woué c’est bizarre ! et ça suffit arrêtez de penser que je suis toute tordue dans ma tête ! Non ! Je suis juste très ramifiée ! (comprenez ce que vous pourrez y comprendre, moi je me comprends !)

 

Bref, je suis envahie d’un sentiment de « je n’intéresse personne ! Mais qui pourrais-je bien intéresser ! Je suis si intéressante ! Je ne m’intéresse même pas moi-même ! Beurk ! »

 

Heu sinon j’ai vu 4 feux d’artifice hier oui !

3 de loin, en attendant perchée sur ma colline de voir celui pour lequel j’étais là ! Plus celui qui m’avait fait déplacé en pleine  nuit avec des gens !

Et ce soir j’en vois un autre !

5 feux ! On va croire que j’aime ça ! Bah oui et non en faite ! En faite ça m’est un peu égale !

 

De toute façon je suis inintéressante !!!!!!!!

15:06 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (4)

12/07/2009

Point noir

 

N’avons-nous pas tous une part destructrice ?

La mienne s’exprime sur mon visage !

L’art de se triturer bien méchamment les pores de la peau, quant’ au miroir grossissant 5X je vois un minuscule point noir (qui n’en est même pas un parfois) et je que je bondis tout ongle dessus.

Dès le premier pore ravagé, rouge, gonflé pour au moins 3 jours (je cicatrise très lentement), l’appel des autres se fait sentir !

Ainsi, en moins d’une heure, d’un visage pas trop mal je passe au carnage qui même sous une couche de fond de teint ne peut-être caché !

Cette scène se produit le plus souvent la veille, voir le jour, où je dois sortir et me montrer sur mon meilleur jour !

Intéressant non !?!

C’est quand je dois être au mieux de moi-même et plaire un tant soi peu, que je me saccage !!

Un très fond de non amour de moi, d’envie de détruire ce qui relève de l’apparence et de l’attirance que je peux susciter, ressurgit alors !

Complexe l’apparence et le jeu d’amour, de haine, de chat et de souris qu’il suscite en soi !

 

Voilà, comment d’une volonté de m’aimer et de m’embellir un peu plus chaque jour, je passe encore à la destruction et l’envie de m’enterrer dans un petit trou pour être oubliée, oubliée des regards…

 

A regarder en arrière, tant de carnage sur mon corps et mon visage !

J’ai beaucoup détruit ce que je rêverais aujourd’hui d’avoir.

J’ai détruit car non aimé, pire haït à la répulsion la plus profonde, mon enveloppe charnelle que j’ai maudite de me coller au corps !

Elle m’a fait l’impression d’un crapaud qui vous saute dessus et s’accroche malgré l’effroi et le dégout que l’on ressent !

Longtemps aussi, j’ai refusé de me regarder.

Vraiment ! cela m’était insoutenable !!

Et pourtant très vite j’ai compris que je plaisais.

Je ne saisissais pas le pourquoi de la chose mais le constat était là !

Cela m’a aidé un peu, un peu…

Et encore, parfois cela me faisait plus outrage que douceur !

Toute une vie à tenter de fuir le regard des autres, à maudire ceux qui portent des yeux envieux de vous, à avoir honte d’être, et à se cacher…

Oui je me suis tant et tant caché !

J’ai fuit ainsi tant de gens…

Et quelle que soi ma conscience en la matière, je n’arrivais pas à…

 

Aujourd’hui, mon visage, mon corps sont bels et bien, plus par des années de souffrance et de haine active de soi, que par le temps, ravagés !

Et pourtant, aujourd’hui, le crapaud est partie.

Etrange !

Une fois le crapaud envolé c’est à lui que j’ai fini par ressembler !

C’est dans la laideur que je dois apprendre à être belle et à m’aimer… !

Je n’en ai jamais été aussi près… et pourtant encore bien trop loin et je l’avoue dans le regret.

Je cherche encore à être ce que j’ai été et si bien détruit en passant, alors que c’est maintenant que j’apprends à m’aimer. Que le passé n’a été fait que de haine de soi, de mal être…

La beauté ne m’a jamais rien apporté du temps où elle a existé !

Mais la nostalgie est…

Moralité, j’en suis encore à vouloir autre chose que ce que je suis, à peiner à m’accepté dans son intégralité, et à chercher autre chose…

 

Il est temps d’apprendre la réconciliation et l’acceptation !

Il est temps de s’aimer !

15:43 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2009

Je sais que je ne sais rien…

 

Il fut un temps, un temps qui dura toute une vie jusqu’à…, où je me sentais bien, seule.

 

A vrai dire c’est toujours le cas ! Je ne m’ennuie jamais (ou presque), je n’ai pas de gros besoins sociaux, j’ai des amis, des vrais, des bons (d’ailleurs je tiens à remercie Syl pour le geste d’empathie et de générosité qu’il a fait pour moi… cela m’a beaucoup touché et m’a montré à quel point j’avais de la chance de côtoyer de si belles personnes au si grand cœur) sur qui je peux compter, j’ai de quoi m’occuper et tout simplement, c’est con à dire, je me sens bien, tranquille avec moi-même.

Je refuse plus souvent des opportunités de sortir que j’en créais.

 

Et pourtant, moi qui travaillais jusqu’en 2005, et depuis toujours, dans le secteur « social et éducatif », ai été habituée à être nourrit toute la journée de contacts sociaux diversifiés et riches,  en contraste avec le Sahel relationnel quotidien manifeste actuel.

A vrai dire cela ne m’a absolument pas gêné, ce changement, très autonome et solitaire (paradoxe avec mon métier tant aimé) que je suis par nature.

Mais, j’avoue, que depuis un an, je commence à être en manque !

Alors soyons clair ; quel est la nature de ce manque ?

 

Il est double.

 

D’une part, vu l’excès de solitude dans lequel je suis et qui fait que je peux n’avoir aucun contacts sociaux de la semaine (même pas le bonjour de ma boulangère vu que j’achète du pain de mie en grande surface), à part celui avec mes enfants qui eux ont une vie sociale, il est certain qu’avec le temps cela créait un manque. Je suis pour l’équilibre et non l’excès (par l’absence en l’occurrence) dans laquelle je suis depuis 4 ans.

 

D’autre part, il est certain, que c’est le départ de mon ex qui a créé ce sentiment de vide !

Du temps où mon ex était là, il était là tout le temps. Vu les horaires décalés de travail qui étaient les siens, il était trèèèès présent à la maison. Ajouté au faite qu’il ne faisait rien en dehors de moi et qu’il était tout le temps collé à moi… cela m’a gêné autant que cela m’a rendu dépendante (d’ailleurs à ce propos il m’a désautonomisé sur beaucoup de choses et rendue quelque part « inutile », enfin, c’est une autre histoire) et que j’ai aimé l’énormitude de son amour donné (comme quoi les excès c’est pas sain !).

 

Donc, je pense, qu’il y a un juste milieu tout de même à trouver; et qu’être solitaire ne veut pas dire anorexique sociale mais aussi, que le vide ressenti est celui de l’être absent plus que celui du besoin social !

 

Il fut un temps aussi, où j’avais le sentiment de n’être pas pressée.

Pas pressée d’aimer, pas pressée d’être aimée…

Mais le suis-je aujourd’hui… ?

Ma quête de l’amour actuelle ne me semble pas être là où on peut le croire.

Vivre une relation d’amour avec X personne me rend bien mais ne fait que camoufler le réel du besoin. D’où mon ambivalence à ce sujet…

Ma quête d’amour est bien plus profonde et ancienne.

A l’image de tous ceux qui dans leur enfance n’ont pas eu l’amour et la tendresse requise, et ont souffert !

Souffert au point de se créer une carapace qui rend lisse et distant le besoin et tant d’émotions aussi…

A cette quête dont j’ai conscience depuis bien longtemps déjà et sur laquelle je n’ai pas fini de travailler, s’ajoute la perte de l’être aimé (un truc bien présent dans l’enfance également…).

Et c’est là que tout devient complexe pour moi !

 

Suis en attente d’amour pour combler un vide de toujours…

Suis-je en attente d’amour pour combler un manque toujours présent de cet autre parti loin de moi….

 

Et cette douleur de l’absence de l’autre est’ elle liée à l’amour réel que je lui porte ou tient au faite qu’à un moment donné il a mis le doigt sur le fond de ma blessure d’enfant et comblé artificiellement la brèche ?

Il est vrai que parfois, j’ai le sentiment que la perte de Romain a ouvert grand les vannes sur ce qui demandait à sortir depuis longtemps.

D’ailleurs, je me demande souvent pourquoi je l’aime et si je l’aime, en faite…

Il me parait encore si petit par bien des égards… j’ai le sentiment de ne pas jouer dans la même cours que lui… Et pourtant…. (haaaa paradoxe, paradoxe ! ne serais-tu pas complémentarité ?)

Parfois même je me dis que j’ai « mieux » à vivre qu’avec lui !

Et pourtant, il me manque ! (et pourtant… merde y’a un truc entre lui et moi qui est porteur au-delà… En faite, n’est-ce point la différence qui fait la richesse et qui complète… ? Enfin, je ne sais ! si je savais, j’arrêterai d’écrire)

 

Donc il fut un temps, où je n’étais pas pressé de trouver l’amour, où je ne souffrais pas de solitude, de manque, où j’étais bien avec moi-même….

(Pas besoin d’être 2 pour être heureux ! c’est une évidence toujours présente pour moi. Et pourtant…)

 

En faite, là, la seule chose que j’aimerai, c’est juste un peu de son amour. Pas tout le temps, pas tous les jours, même pas souvent, mais juste une petite place dans son cœur et au détour d’un moment de vie un peu de ses bras, de ses câlins.

Son amour tant aimé m’a fait tant de bien…. et fut d’une telle évidence … que cela me manque.

Aujourd’hui, je suis comme un coureur cycliste qui pédale à ne plus en finir pour arrivé, pour gagner. Ma course est celle de l’amour intérieur que je souhaite atteindre sans qu’elle ne me soit jamais donnée.

Mais pendants cette course, tant de fond, que de rapidité, j’ai besoin d’énergie.

Non pas d’un copieux repas régulier, mais d’un peu de glucide par moment.

Romain, c’est mon glucide pour l’instant !

Et je suis en hypoglycémie là !

 

Je cherche un substitue… (Ha mais par pitié par d’aspartam !)

 

Ho puis non ! En faite, après toutes ces métaphores, je ne sais pas ! Je ne sais rien !

Chaque idée qui surgit trouve son contraire la seconde d’après…

Je ne sais pas où est le vrai du faux !

Je ne sais que ce que je ressens sur le moment !

Et ce que je ressens est fugace, éparse, contraire au ressentie suivant !

Tout s’enchaine, se superpose, se bouscule.

 

Seule certitude : c’est que j’ai mal et un mal d’amour !

 

 

Conclusion (long pour long autant aller jusqu’au bout !) : c’est encore en grave chantier tout ça et on ne sait toujours à quoi ça va ressembler à la fin !

Sinon pour la crémaillère, vous viendrez ?

17:44 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (2)

Elle rode…

 

Une tristesse de fond continue à roder dans l’ombre de mon cœur

Elle ne se voit pas, ne s’exprime pas et pourtant je la sens, bien réelle, en moi.

De toutes les émotions pénibles, douloureuses, irritantes… que j’ai pu ressentir, c’est elle que j’aurais le moins bien supporté.

Elle a quelque chose de lancinant, de sourd, d’envahissant. Elle est comme l’eau, elle s’infiltre partout et humidifie tout. Elle effrite sournoisement toute parcelle de joie que je construis. Elle œuvre dans les tréfonds, à l’abri des regards, ironiques qu’elle est du contraste qu’elle produit avec le sourire extérieur de mon être.

Parfois, elle provoque un sentiment de rage fugace qui passe aussi vite qu’il ignore à s’exprimer.

Je suis triste

J’ai envie de pleurer

J’ai envie d’oublier

Et pourtant je souris à la vie qui me le rend bien

Mais tout me semble factice par moment

Mon bien-être, ma joie n’a pas de sens tant que ma peine restera.

Et je ne peux lutter contre elle.

Même entourée, même occupée, je la sens !

Et je me demande, à quoi bon, quoi que je fasse, où que je sois, elle persiste…

Elle est l’image d’une blessure, d’un manque qui ne se colmate pas, à vif de chaque battement d’émotion.

Peu importe tout ce que l’on peu avoir, quand’ il manque l’essentiel…

Mais quel est’ il cet essentiel ?

Le sentiment d’amour ?

D’amour de qui, de quoi, quand, comment ?

Je ne sais pas !

Je ne saurais définir les contours de se qui ressemble à un manque, un manque d’être et d’amour… !

 

La seule chose auquel je pense quand je tente de percer à jour le point d’axe de cette douloureuse émotion, est le sentiment d’humiliation qui l’accompagne.

Comme un sentiment de mépris, de rien et de misérabilisme…

Ainsi, une forme de frustration, de colère sourde est refoulée, brimée en mon cœur malheureux.

 

Je n’aime ni cette peine, ni l’image que j’ai d’elle.

Je n’aime ni ce qu’elle provoque en moi, ni ce qu’elle fait de moi !

Alors même qu’il s’agit de blessure d’amour, de soi de l’autre, elle exacerbe ma douleur en projetant sur moi un filtre de mépris narcissique !

 

Je me sens faible !

Je n’aime pas me sentir faible !

Mes faiblesses n’ont jamais arrêté l’empathie ! Seul le mépris a su se poser sur moi, quand ce ne fut pas l’indifférence, l’abandon.

Etre faible, m’a rendue miséreuse… seule

 

Le paradoxe de l’amour est à l’image de l’argent, plus tu en as et plus on t’en donnera…

 

Haaa et puis zut !

J’en ai marre de ressentir tout cela !

Peine, chagrin, ressentiment, mépris, abandon, non amour… !!

Marre, vraiment marre !!!

 

Haaa et puis zut, je sais que je me dois, comme le bonheur, trouver l’amour en moi. Mais malgré tout, j’ai envie d’amour, d’amour qui vient à moi, d’amour qui m’embrasse, qui m’entoure…

02:58 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2009

Dolce vita

 

Depuis lundi je n’ai pas d’enfant !

J’ai donc pu m’inscrire à un programme très soutenue… !

 

Tout commence le midi entre 12H et 13H, heure réglementaire de levée.

Ensuite, très péniblement du tapotage et papotage ordi autour d’un petit déj amélioré, suivit, éventuellement, d’une tenue en main lymphatique de téléphone !

Mais pas tous les jours tout de même car ça épuise de parler avec des amis de si bonne heure et dans cet emploi du temps de fou !

Vers 16H/17H (que le temps passe vite quand on ne fait rien), clous de la journée, on peut constater une levée du canapé et un corps en mouvement ralentit se dirigeant vers la salle de bain !

Magnifique !

Et je vous passe les détails avec vêtements à terre, gouttes d’eau ruisselant sur mon corps nue et chaud… very hard !!

Vers 18H, pause !

Oui, je n’étais pas trop d’accord mais je n’ai pas eu le choix, c’était statutaire !

Donc, ½ heure de pause à ébaucher un semblant de rangement…

Merci au passage de votre compatissance à mon égard ! Ça m’aide dans ce moment difficile.

19H : départ pour la capitale ! Où mon petit corps tout propre, tout reposé, encore un peu endormi à vrai dire car cela ne fait pas si longtemps que ça qu’il est réveillé, va rejoindre des gens qu’il connait et d’autres qu’il ne connait pas !

Jusqu’à minuit en général, ça papote, ça rigole, ça fume, ça boit (pas trop à vrai dire), ça tortille des fesses aussi parfois… bref, ça passe un bon moment !

Minuit et demi : petit vautrage sur canapé à regarder mes mails et raconter des conneries trucs sympas sur internet.

2H : position horizontale du corps dans mon lit

2H30 : pays de Morphée, Bisounours, Ripley et d’Ovidie

 

Bon, y’a une variante :

Minuit et demi : petit vautrage sur canapé à tripoter… heu non à être tripoté… heu non… haaa je sais plus !

2H : position horizontale, où presque, ça peut être verticale aussi où perpendiculaire à y regarder de plus prêt, du corps dans son le lit

3H : position horizontale, où presque, ça peut être verticale aussi où perpendiculaire à y regarder de plus prêt, du corps dans son le lit

4H : position horizontale, où presque, ça peut être verticale aussi où perpendiculaire à y regarder de plus prêt, du corps dans son le lit

5H : pays de Morphée, Bisounours, Ripley et d’Ovidie

 

12:45 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

09/07/2009

Sa le sera sa

 

Hier soir j’ai fait Jennifer Grey et j’ai dirty dancé pour la première fois sous des airs Cubain !

C’était… comment dire…

Alors, vous voyez le niveau de la mer ?

Oui !

Et bien j’étais juste en dessous !

Malgré un très charmant Patrick Swayze couleur locale (là où il fait chaud… chaud…), qui a eu pitié de moi et qui m’a dit : « je ne vous lâche pas de la soirée, vous aller y arriver… », le constat est clair : je ne jouerai pas dans Dirty Dancing 3 !!!

Par contre, pas têtue, je m’y recolle ce soir !

Woué !!!

J’atteindrai le niveau de la mer à la force de ma persévérance ! Il ne peut en être autrement !

J’ai un mental de winner !

J’y arriverai un jour, j’y arriverai !!

 

Sinon, j’ai fait la connaissance de gens sympas que je ne connaissais pas et par 2 fois, j’ai perdu quelques années de vie : ainsi, j’ai eu respectivement 28 ans et 32 ans !

Wouéé chuit trop jeune dans ma tête c’est pour ça ! Et même que le 28 ans est venu d’un 24 et le 32 d’un 27 !!

Et non, je ne vous permets de penser que ces 2 charmantes personnes du sexe masculin ont dit cela pour me plaire ! NON !

En plus, je suis à peine plus veille… à peine… à peine 37 !

 

Bon, pour le coup, là je vais aller me coucher, après avoir mangé des gâteaux (je mange tout le temps depuis 1 semaine et je ne sais pas pourquoi… ! (Est-ce un regain d’énergie dépensé à …. ?)

00:36 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (2)

03/07/2009

Nouvelles du front !

 

Après ma petite prose tout droite sortie de mes fantasmes et du tourbillon de mes désirs, je l’annonce bien solennellement : je suis en phase d’inaptitude sexuelle !

 

Du coup après le dite acte, je me sens un peu con con comme si je ne savais pas si je devais partir, m’accrocher comme un mollusque, sourire, être totalement détachée, et je ne sais pas moi-même ce que je ressens entre « ho je t’aime et ho j’aimerai que tu m’aime » ou « ho c’était sympa, mais bon… en faite non »  ! ».

 

Oui alors j’explique tout cela par la mutation d’être dans laquelle je suis. Je mue !

J’oscille donc entre 2 systèmes, l’un qui est dans le détachement, la distance et l’autre dans la complétude où le cloisonnement n’est pas !

Et sexuellement ça donne un truc du genre : sans réelle envie, très mécanique, égocentré sur moi-même, peu donnante et peu performante. Seule sensation qui s’accroche comme un morpion et justifie que j’ai persisté ces derniers temps : le désir !

Oui, dès qu’on me touche j’ai envie !

Dès que je touche, j’ai envie !

Oui le désir sans l’envie, mais sans une envie que je qualifierais de « sans conviction » ! J’ai le sentiment que je ne suis pas pressée, et que j’ai mieux à espérer…

 

Aujourd’hui, je ne sais plus…

Ai-je envie de ne me donner que dans l’amour, de me donner pleinement, totalement face à un autre qui se livre de tout son cœur et tout son corps ?

Ai-je envie de lâcher l’amour pour aller plus loin dans l’éveil des sens, dans la multiplicité des êtres, et me libérer de tout… ?

 

 

 

Enfin, en ce moment je suis en train de basculer du regret au remord !

Et me dis : « ce n’est pas ça ; pas ça que je veux, pas ça qui va, je n’aurais pas du ! » « je me fourvoie, je mérite plus, autre » « c’est à moi de mener le jeu, à moi maintenant de reprendre mes droits… »

 

En tout cas je n’y arrive plus !!

 

 

Ha et accessoirement je vise l’amour ! celui que je me porte autant que celui que l’on me porte !

23:00 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (10)

29/06/2009

BCS

 

Oui j’ai réussit haut la main mon examen !

Pas moins de 6 UV !

 

Et cette année le Brevet de Capacité Sexuelle n’est pas facile depuis qu’il on rajouté le test Syphilis ! Redoutable, il se pratique de plus en plus en France ! Et beaucoup le craignent autant que le HIV, qui tente lui aussi à se durcir !! Hé oui les temps sont difficiles…

 

Et bien j’ai tout réussit ! Et du premier coup !

Les examens ont été assez rapides. Tout était dans la dextérité et l’efficacité !

Et ce fut un sans faute.

Je me suis même sentie très à l’aise, cela m’a permis d’échanger avec mon examinatrice sans faire échouer le test.

Par contre il m’a fallut 3 jours pour connaitre les résultats !

Et même si j’étais plutôt confiante, je n’en fus pas moins fière et soulagée… !

 

Ha ! En plus j’oubliais une chose : il y avait une option également que j’ai décidé de passer.

Un peu plus longue et contraignante mais utile si on souhaite être efficace sur le terrain.

C’est une option qui comporte 2 parties : « examen gynécologique » et « frottis ».

J’ai moins souris et j’avoue ne pas aimer ce type d’épreuve, mais cela c’est mieux passé et plus rapidement que les fois précédentes. Oui, malheureusement cet examen n’est pas définitif et doit être repassé régulièrement.

Enfin,

Comme pour mon BCS, ce fut réussit !

 

Me voilà donc parée ! Prête à affronter la réalité du terrain !

 

J’espère pouvoir mettre rapidement mes compétences en pratique…

Je vous tiendrais au courant, le cas échéant… !

Enfin, il faut que je fasse gaffe, car une faute professionnelle est si vite venue et monnaie courante…

Et la sanction est sans appel : repasser l’examen sans certitude cette fois de le réussir !!

15:04 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (7)

27/06/2009

Je suis déçue !

  

Je suis déçue option « peinée »

Woué c’est nul !!!

 

Bonne journée pique-nique aujourd’hui, demain barbecue avec amis, soleil, vacances dans le cœur et l’esprit…

Mais zut ! Je suis déçue !

 

Quand j’ai demandé à mon ex de ne plus venir sur mon blog, j’ai fait le pari de lui faire confiance !

Zut ! S’il a la curiosité de savoir ce que je deviens, ce que je fais, ou ce que je pense, il peut me téléphoner !! Zut !!

Mais de cette confiance accordée, que je pensais être légitime, même si j’avais envisagé qu’à terme il puisse y mettre un coup de canif, il ne reste qu’un grande (enfin pas temps que ça non plus, y’a pas mort d’homme) déception !

Seul chose qui rattrape cette trahison qui aura comme châtiment quelques supplices moyenâgeux, (oupss petit Joke et délire perso !) est de penser qu’il a fait en sorte que je le sache… !

En effet, monsieur ex avec un certains nombres de scripts associés à son navigateur Mozila, passe totalement inaperçu face à des sites qui vous donnent quelques infos sur (lieu et ip, nombre de passages..) l’activité de votre blog et sa fréquentation.

Personnellement, je regarde de temps en temps « blog it express », et connait ainsi le nombre de personnes qui viennent me voir et leur lieu (ville) de provenance.

C’est marrant à regarder, sans pour autant être bien important !

J’ai suffisamment de curiosité de la vie en générale pour regarder ce genre de chose mais également suffisamment de répulsion pour tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à du flicage, de la paranoïa ou du mépris de la vie privé (et ai d’autres choses bien plus importantes à penser et savoir de la vie également) pour m’y intéresser plus que quelques secondes par ci et par là !

Donc, tout ça pour dire, que Monsieur Ex peut venir sur mon blog en toute discrétion !

Sauf, quand il vient me voir de son boulot !

Et ça il le sait !

Et il sait que je le sais !

Donc, s’il n’avait pas voulu que je sache qu’il venait ou était venu sur mon blog, il ne serait pas pointé la gueule enfariné de son boulot !

Bon, après, toujours un peu confiante la Pom (bah oui, faut pas penser à mal dans la vie), j’espère, je suppute qu’il n’est pas venu faire la souris tous les jours et qu’il a un peu mauvaise conscience pour le coup… !

Tiens une idée me travers l’esprit !

Non mais c’est con en faite !

Il (étant tellement tordu dans le bon sens heureusement, joueur, adepte de je fais chier les autres) aurait même pu pousser le vis à n’être venue, sans regarder pour autant le contenu de mes écris, rien que pour me faire croire que… Woué c’est aussi tordu que tiré par les cheveux… !

Mais bon, seul un être au cerveau aussi étrange que le mien peut penser à ce genre de choses… (et ne s’en prive pas !) !

Enfin, monsieur ex est un petit malin qui aime être plus malin que moi !

Du coup, je suppute plus que d’accoutumé…

Et monsieur ex est aussi une petite fouine ! Aussi !!

 

Bon, pour conclure je ne lui en veux pas, ce n’est pas grave, mais je suis déçue et ça me fait chier !

Zut !

Zut !

Zut !

 

 

Bon, vous devez vous dire, hooo mais elle est trop bonne face à une telle trahison, un tel mépris de son intimité !

Heuu non !

Tout est relatif dans la vie…. !!!

Vraiment relatif…. !!!

Et pour être heureux nul besoin d’être dramaturge et d’accorder plus d’importance qu’il ne le faut à ce qui peu contrarier !!

Et..

Ce qu’il faut savoir, c’est que moi aussi je n’ai pas toujours été clean le concernant !

Le curiosité qui déborde de son cadre et oublie le respect de la vie privé, j’ai connu (et que avec lui d’ailleurs, c’est drôle !!!) !

Donc je ne peux lui jeter la pierre à moins de m’être lapidée moi-même avant !

 

Mais zut ! Je suis déçue ! Car vraiment j’avais fait le pari de kui faire confiance !

En faite, ce qui me déçoit c’est que je pensais qu’il avait compris que cela m’était vraiment important ! Et je pensais qu’il avait assez de respect et de considération pour moi pour en tenir compte…

Je m’étais trompée…. !

Tant pis…. !

 

Bon, passons à autre chose : demain, il fera beau et c’est tant mieux car j’aime quand il fait beau et y’aura barbec party !

 

 

 

Ps (private) qui n’a rien à voir avec « ex » : Calin Caline Google, tu fais chier ! Pas la peine de te cacher !!! T’useras moins d’IP ainsi… !

16:10 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

26/06/2009

Bilan ! (dans la série mon ex est...)

 

Bon ! Dernier volet de l’histoire « ex », enfin !

 

 

Malgré toute ma douleur…

Malgré tout toute l’évidence de ce nous…

 

Romain a eu raison de partir !

 

Ce ne fut pas une erreur mais bel et bien la meilleure chose qu’il ait pu faire !

Il ne s’est pas trompé, il fallait qu’il parte, pour lui pour moi.

Et il n’est pas parti pour rien, non…

Et le moins qu’on puisse dire c’est que je l’ai voulu, tout au fond de moi autant que je l’ai redouté, et ce, j’ai honte à le dire, depuis le début…

Je n’ai pas assumé notre relation, j’ai donc quelque part souhaitait, un peu plus chaque jour où elle m’étouffait, qu’elle cesse.

Et pourtant il me fallait passer par là !

Tout ce qui s’est passé m’a été bénéfique et m’a permis de franchir un cap important qui peinait depuis presque 10 ans à …

Notre histoire, dans l’amour comme dans la douleur, à été bénéfique.

Je parle pour lui là… oui c’est vrai…. Et je me trompe peut-être.

 

Non il ne s’est pas trompé quand il a décidé de partir !

(Je me répète car c’est tellement vrai !!!)

C’est la plus belle et douloureuse chose qu’il pouvait faire pour moi, tout autant qu’il ne pouvait continué à vivre ainsi !!

Cela m’a permis de comprendre tant et tant… et humour/paradoxe de l’histoire, de comprendre à quel point je l’aimais et surtout que je l’aimais vraiment !

Alors que j’en ai douté tout au long de notre histoire commune… (c’est fou quand même quand j’y repense)

Oui à l’instar du bonheur : « on en prend conscience au bruit qu’il fait en partant…. » !

 

C’est pour cela que je lui suis si reconnaissante.

Son passage dans ma vie a été une révolution positive !

Et ****** de sacrée révolution !!

En plus, j’ai découvert d’autres facettes de sa personnalité (comme de la mienne surtout) qu’il ne m’aurait pas été possible de voir autrement.

Certaines m’ont heurté mais dans l’ensemble j’ai apprécié ce que j’ai vu.

Il me reste à souhaiter que lui aussi fasse du chemin car il a encore beaucoup à faire… et à beaucoup de potentiel pour…

 

Tout au long de cette année, où tant de changements et de réflexions nouvelles m’ont animée, j’ai toujours été certaine du bienfait de la situation, et pourtant j’ai bien failli y laisser la peau…

 

Il fallait que tout cela se passe et se fasse, et tout cela c’est passé et fait !

Il le fallait pour que j’apprenne, pour que je change, pour que je sache être et faire !

 

 

Par contre il y a qu’une chose, un doute, que je n’ai pas pu dissiper….

Et pourtant j’ai essayé de l’éradiquer !

J’ai même pris le parti de la travailler avec ma thérapeute comme étant un désir que je projetais… ni plus ni moins. Mais en vain…

J’ai toujours eu le sentiment…

Haaa c’est tellement con a dire, ça parait tellement naïf et bisounours, que ça me fait chier de l’écrire !!!

Bon cucu la praline me voilà !!! :

J’ai toujours eu le sentiment que lui et moi avions vraiment une seconde histoire à jouer, un jour... que lui et moi avions vraiment quelque chose de bien particulier à partager… que lui et moi, étions, malgré tout ce qui gène chez lui comme chez moi, particulièrement intéressant à assembler, que lui et moi avions un tel potentiel à…

 

 

Haaa vous n’imaginez pas à quel point je hais penser ça !

J’ai même honte pour moi !

Ça ne me ressemble pas !

Non jamais !

 

Par le passé :

Il m’est arrivé d’être triste de…

Il m’est arrivé d’être en manque de…

Il m’est arrivé d’être en amour pour…

Il m’est arrivé…

 

Mais jamais de penser cela !

Pire j’ai toujours trouvé que c’était se nourrir d’illusion, s’accrocher au passé… que s’était ridicule… blablabla…

Bref, cela ne me correspond pas !

Mais pour une raison que j’ignore ça reste là comme une conviction profonde, pire une évidence.

C’est fou quand même !!

Du coup j’en ai parlé à une personne détachée et avisée (ne mâchant pas ses mots quitte à me blesser non plus), et qui m’a dit une chose intéressante : « je pense que les autres sont porteurs d’évidence dont on n’a pas conscience soi-même, et que la petite voie intérieur à toujours raison quelque part… ».  Woué woué woué wouééé....!!!

 

 

Donc en conclusion, il a eu raison de partir et aura raison de revenir !!

Huhuhu !

 

 

Non mais à contrario, en dehors de cette conviction profonde, je regarde ailleurs !

Je me refuse de m’y arrêter, et bien pire m’y accrocher.

Je suis passé à autre chose depuis un moment déjà… je me suis détachée, éloignée…

Et je me dis, que même si j’avais raison, que c’était évident que lui et moi…, dans la vie rien n’est figé, et si lui décide de prendre un chemin loin du mien, cela n’est pas grave. C’est la vie… et cela ne m’empêchera pas de vivre une autre belle et vraie histoire, j’en suis sure !

En tout cas je n’attendrais pas et parcours mon bout de chemin à moi maintenant…

 

Et connaissant, l’entêtement et le coté « idée fixe » du monsieur, il est a parié que même si un jour l’envie pointait, même s’il se rendait compte de tout le potentiel qu’il y a en notre histoire, il resterait bloquer sur tout ce qui lui semble « trop lourd » « infranchissable » même si cela n’existe plus !

Et le pire c’est que je le comprends… je le comprends car j’ai été comme cela toute ma vie, presque !

Toutes ces certitudes, ces barrières, ces murs qu’on pense indégommables et qu’on érige…

C’est un ami, un jour (il y a 6 ans) qui m’a fait prendre conscience de cela !

En une phrase, toute simple, il a semé le doute, fait une fissure dans ma tour !

Il m’a dit : « tu te mets toi seule des barrières qui t’empêche de vivre ! »

(Et j’en ai renoncé à des choses à cause de cela…)

Et bien des années après, ce qui me semblait rédhibitoire m’a paru dérisoire…

Les murs sont dans la tête, je le sais maintenant !

Et plus notre intellect est fort, plus nos systèmes de pensée s’accrochent à grand renfort de détails et de preuves par 9 qui n’en sont pas, à ce qui le rassure !

 

 

Et oui il ne verra certainement pas comme on peut être fort à 2 (tous les 2) !

Qu’avant on n’a pas pu être fort car il a été seul, que je lui ai construit des murs en renforcement des siens et mis des poids sur son dos !

Je me battais contre ce que je construisais en cachette de mon inconscient, chaque jour…

J’ai fait ma Pénélope !!

Quelle énergie perdue !

Perdue à alourdir alors que je pouvais alléger…

Cela me paraissait impossible alors… et pourtant maintenant la situation est toute autre...

 

 

Mais aujourd’hui je suis Ulysse 2009 !

Enfin sans barbe et avec un vagin !!

09:59 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (1)

25/06/2009

Dans la série mon ex est...

Un après-midi, j’ai pondu, les unes à la suite des autres, 4 notes !

La première, déjà postée (« Putain j’aurai pas cru ! »), 2 autres que voilà, plus une dernière à venir sous peu (demain).

Une fois de plus j’ai écris sur l’impulsion du moment pour me libéré d’une parole intérieur !

Aujourd’hui, cela me parait un peu incongru, décalé voir peu légitime de les poster, mais bon…

Après une courte réflexion, je me suis dit, peu importe ! Ici c’est ton journal intime, donc tu y mets tout ! Un point c’est tout !

Mais pour ne pas faire trop long et trop durer dans le temps avec 1 note 1 jour, je vous en livre 2 d’un coup !

Ainsi, ça ira plus vite et plus vite je pourrais parler d’autres choses. D’ailleurs, dans ma tête je suis déjà passée à autre chose ! Ça c’est la magie expiatoire et psychanalytique de l’écriture…

 

 

 Ps : ce qui est terrible en plus, c’est de constater en me relisant que je ne pense pas ou plus certaines des choses écrites.

Celles que je ne pense plus me paraissent facilement compréhensibles, vu qu’il suffit parfois d’écrire pour changer son point de vu, pour lâcher prise, pour prendre du recul, pour évoluer d’un palier.

Quant’ a celles que je ne pense pas, il y aurait plus à méditer… elles correspondent peut-être plus à un ressenti qu’à une réalité que je reconnais intellectuellement. Ou peut-être exprime t’elle une pensée passagère, non fixée, en devenir, en interrogation, qui, après écriture laisse place à une autre réalité… intéressant quel que part en tout cas…

 

 

  

 

On s’amuse vraiment de ce que l’on peut parfois !

  

Mon ex m’a dit un truc « amusant » l’autre jour sur MSN :

« ne prend rien comme une offense personnelle »

Alors je vous épargne tout le contexte, bien ennuyeux et pas si utile à la compréhension de la suite.

Mais, lui qui craignait de m’avoir blessé par des propos qui concernaient tous les lecteurs (dont je fais parti) de son blog, par une interprétation trop personnelle que j’aurai pu faire, n’a justement pas saisi que si je devais être blessée c’est par l’aspect non personnel de la chose justement.

Je m’explique :

En dehors du fait que, j' ai trouvés « rudes » le contenue de ses propos qui consistaient à dire :  « qu'elle n'en a rien à faire de la réaction de ses lecteurs/euses » (le « elle » est la petite souris qui se trouve être lui),  c’est justement parce que je sais qu’il n’y a rien de personnel mais que j’ai rejoint le grand sac de tous les autres gens, ni plus, ni moins qui m’a été dur, très dur au début…

Et sans doute parfois me pique encore un petit peu (enfin je m'habitue pas mal à vrai dire)!

Si justement les choses qu’il pouvait me dire ou penser m’étaient un peu plus personnelles, cela me ferait certainement plaisirs.

Mais vu l’inexistance de ce que je suis…

En gros, je suis juste un souvenir, un passage de sa vie.

Pour le reste, genre les émotions, les pensée, bahhhh comment dire…

Rien !

Néant !

Seul un peu de responsabilité, de crainte de me blesser anime parfois l’intérieur de son être à mon égard ! (woué c’est quelqu’un de gentil et qui s’efforce d’être responsable)

Bref, donc justement, je trouve amusant qu’il est pu penser que je prenne les choses pour « personnelles ».

Hooo que  non !

Cela fait bien longtemps que je sais qu’il n’y a plus rien de personnel me concernant !

Et que tout ce que je peux bien dire, comme tout ce que peu bien dire tous ces commentateurs sur son blog, n’a pas si grand intérêt pour lui ! (quoi que si c’est une nouvelle, charmante et spirituelle lectrice arrivait, là son intérêt sera vif !)

Après, je vous vois venir, ne lui jetez pas la pierre Pierrette ! Non !

Monsieur Ex est un être à part, et on ne doit pas à prendre au sens brute les choses le concernant !

Bref, gardez vous bien de juger car la complexité fait rage sous cet aspect lisse…

 

Enfin, comme vous pouvez le constater, moi, Pom je parle bien souvent, bien trop souvent à mon gout de Monsieur mon ex, tandis que lui jamais !

Non non je ne suis pas gênée de cela car encore une fois c’est évident, admis depuis longtemps pour moi !

On ne parle en général que ce qui existe…

Et moi je sais, même si j’ai eu plus que du mal à l’accepter par le passé, et sans doute aurait encore longtemps du mal à l’accepter pleinement, que je suis inexistante pour lui.

La seule raison qui fait qu’aujourd’hui, on se parle vient de moi.

 

Hé oui tout le drame de ce qui m’aura vraiment fait mal dans cette rupture, ce n’est pas la rupture en elle-même mais le fait de n’être plus rien pour l’être aimé !

Tant de contraste : plus que jamais on aime et on ressent tant à en déchirer les tripes tandis que l’autre est léger de l’évaporation de votre être en son cœur.

Même son regard est ailleurs et ne revient vers vous que contraint !

On devient juste une expérience intéressante et qui malgré tout aura permis d’aller un peu plus loin.

Bref, voilà !

Donc aujourd’hui, peu importe ce que je ressens et parfois c’est bien contradictoire à vrai dire, je n’attends rien et regarde ailleurs…

Woué d’accord, pas tout le temps puisque parfois je lui parle !

Oui c’est vrai, je garde un intérêt certain pour sa personne…

Mais bon, avec le temps je m’en détache car pour moi, une relation, quel qu’en soit sa nature, est faite de 2 personnes minimum.

Et franchement, être celle, uniquement celle qui maintient le lien… bof, c’est chiant et use l’envie de …

L’avantage c’est lorsque je n’aurais plus du tout envie, ne penserai plus du tout à lui non plus, on sera 2 au moins.

Vive l’égalité !

 

Enfin, quoi qu’il en soit Monsieur « ex » est quelqu’un d’intéressant et de bien, et ça, ça ne changera pas !

Il mérite juste d’être compris…

 

 

 

Bon pour en finir…

 

Avec mon ex !

 

 

Comme vous l’avez compris (je fais comme si vous aviez tout compris), petite souris est mon ex ! C’est aussi « Rhum’s » et « Merlette ».

Bref, Monsieur petite souris ne viendra plus sur mon blog, ce qui va me permettre de reprendre toute ma place…

Quand j’ai demandé à Monsieur petite souris de ne plus venir, sa compréhension du pourquoi m’a semblée mitigée…

Pas grave, dorénavant je fais tout pour être comprise mais pas trop !

Comprend ce que chacun souhaite comprendre.

Enfin, il a imaginé des intentions à ma volonté de lui fermer la porte de mon blog autre que celles expliquées.

Genre « je te connais assez pour ne pas me méprendre sur ce que tu dis, je ne te juge pas…etc… ».

(je trouve toujours intéressant de m’apercevoir à quel point on est tous prompt à déduire des intentions, des réflexions de l’autre en toute fiction ! A le constater chez les autres me permet de mieux le voir chez moi...).

Bref, lors de notre petit échange, je lui ai dit que pour le coup, moi non plus je n’irais plus sur son blog.

Oui cela me semble cohérent vu que je souhaite retrouver une certaine intimité…

Mon ex est mon ex !

Ce n’est ni un ami, ni un copain, ni un conjoint, ni un frère, ni toute autre chose.

C’est un ex !

Cela implique, en l’occurrence, que nous nous connaissions « un peu, voir beaucoup » mais ne partagions plus rien à l’heure actuelle.

Donc ma vie privée ne le concerne plus !

Ce qui de fait, me fait dire également que sa vie privé ne me concerne plus, non plus.

Voilà, en soi c’est assez clair et simple.

Oui, je trouve cela plus simple et net comme situation. Et d’autres moyens de communications existent…

 

Par ailleurs, à y regarder de plus prêt, c’est aussi plus confortable pour moi de ne pas lire certaines choses (qui ne me regardent pas de surcroit), comme celles concernant ses aventures, ses amours… Oui je n’en suis pas encore au stade ou je serait indifférente à le savoir amoureux d’une autre que moi… !

 

Mais ce qui est formidable avec mon ex, c’est que si j’étais tentée (et je l’étais) de faire quand même la curieuse en zieutant sur son blog, après ce qu’il m’a dit je ne le suis plus du tout.

En effet, le lire m’écrire que je viens si j’en ai envie mais que de toute façon il a en a rien a faire de ce qui pourra être commenté… », moi ça me donne plus envie du tout !

Cela rejoint un peu l’idée que j’avais développé dans ma note " gonflée " .

Quel intérêt à venir sur un blog ou son auteur s’en bat le coquillage de votre présence. Autant ne pas perdre son temps en lecture et laisser l’auteur en question seul sans votre présence inutile… !

 

Mon ex est un vaccin a lui tout seul en faite, faudrait le breveté

 

Enfin, toute une note rien que pour ça !? À me relire je me dis que franchement je m’arrête des fois sur ce qui ne mérite pas de l’être ! Et ça c’est la magie de l’écriture ça ouvre les yeux en même temps que libère du petit caillou qui gène…

 

 

 

10:57 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (6)

24/06/2009

Putain j’aurai pas cru !

 

Mercredi soir (17 juin) je me suis attaquée gaiement à la construction de mon coffre en bois (40X100) en sapin.

Le dite coffre aux mesures exactes lui permettant de tenir sous ma fenêtre de salon, fut l’attraction de mes derniers jours.

Attraction joyeuse, donnant l’air de rien un sens à ma vie, un sens concret où l’on se sent utile et productif.

Il m’a donné du mal l’air de rien et ne m’a épargné aucune erreur formatrice du débutant.

 

Jeudi matin, c’est en plein soleil, dans ma cour que je commence à poncer mes planches.

Les oiseaux, le ciel bleu, le contentement de ma tache en pleine accomplissement, rien ne manque à mon bonheur.

Je suis, de surcroit, seule, en vacances d’enfants.

La veille, j’ai fait de l’escalade, et j’ai adoré ! Cela m’a donné la pèche et d’agréables sensations corporelles !

 

Et pourtant, subitement une pensée accompagnée de son émotion surgit…

 

C’est saugrenu, cela faisait longtemps…. Bien longtemps…

Ainsi, je repense, je revis… ces moments joyeux et doux du juin naissant 2007…

Je revois tous les doux moments passés avec Romain…

Où tout était chouette, où tout était évident !

Et je me dis : « oui au début c’était vraiment chouette ! Rien de ce qui nous a pourri la vie après n’existait ! » « Oui maintenant cela pourrait être encore ainsi, même mieux… même mieux… »

Stop Pom ! C’est fini !

Fini!

Peu importe comment cela pourrait être maintenant, cela ne pourra pas être!

Il ne t’aime plus !

« Oui mais pourtant il m’a aimé, et cela a été chouette de vivre ensemble… »

Oui mais peu importe, peu importe ! Même si le pourquoi il a craqué, même si tout ce qui a été trop lourd à porter pour lui, même si tout ce qui a effrité son amour, même si tout ce qui a été négatif, même si tout cela n’existe plus, il n’en veut plus, il ne veut plus, il n’y croit plus, pire…

Et même s’il pouvait voir comme tout peut-être bien et léger pour lui maintenant, il ne t’aime plus !

Il ne t’aime plus !

« Oui je sais ! »

« Je sais… »

« Mais c’était chouette tout ce qu’on a vécu au début… »

Que de belles images du passé qui défilent devant mes yeux…

Tout cet amour, tous ces câlins, tout ce partage.

Solidaire, toujours là l’un pour l’autre.

Aimant et veillant

Moi attendant en pleine nuit, qu’il rentre de son travail, lui me faisant plein de bisous partout

On était 2

2 pour tout

2 en tout

Pleins de sourire

Pleins de moments joyeux

Des yeux qui se ferment, des bouches qui se touchent

De l’humour, du sarcasme qui ne faisait rire que nous

Et tout simplement c’était bien

Je revois sa main dans la mienne…

Je revois notre bonheur.

 

Fais chier !

C’est beau et ça fait mal pour le coup !

Fait chier tout ce bonheur passé me parait plus que jamais possible et évident encore !

Fais chier, c’est nul ! Pense à autre chose !

Fais chier il me manque là pour le coup…

Il me manque…

Juste un câlin

Juste un sourire

Juste un peu d’amour

2 ans…

 

Fais chier !

Et merde tu fais chier Pom !! Pense à autre chose !

A quoi ça sert de ressasser tout ça !

Oui ça été beau ! Oui !

Oui après tu as souffert et bien grandit du coup ! Oui et tant mieux pour toi !

Mais il ne t’aime plus !

Peu importe tout le reste !

On s’en fou que tu pense, et que tu es seule a penser, que vous avez tant de chose à partager et vous apporter encore !

On s’en fou, c’est nul, c’est ridicule

Je t’aime beaucoup Pom mais là t’es trop conne !

Trop dégoulinante de sentiment !

« oui je sais »

« ça passera »

« demain j’oublierai »

« mais là j’ai mal… ! »

 

Demain est un autre jour

Et je vois déjà ton regard se porter ailleurs depuis longtemps, alors ne reviens plus sur le passé

Regarde comme tu es grande, légère et forte de tant de choses maintenant

Regarde… là et devant !

 

Je sais

Laisse mon cœur juste pleurer….

14:30 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (4)

23/06/2009

Trou noir

 

Parfois je me sens aspirée dans un univers d’immobilisme ou le moindre acte parait impossible.

Souvent cela dure sur une journée, une journée à ne rien faire, rien de rien, rien…

Je me mets sur mon canapé figée…

Au bout d’un moment je me sens mal, j’ai besoin de bouger mais… rien… je n’y arrive pas !

Puis, je vois que le temps avance vite, je pense à ce qu’il serait bon que je fasse, comme prendre mon téléphone pour appeler mon ostéo (depuis le temps que je suis coincée dans le dos) mais impossible, insurmontable…  !

Je hais ce genre de journée.

Si encore cela pouvait être considérée comme du repos !!? Comme une pause dans le temps de ma vie !!

Mais non, je me sens mal !

Je sais que si seulement je mettais le nez dehors pour humer l’air du temps, là tout aurait un sens et je sentirai la vie au rythme du temps couler en moi.

Mais je suis pétrifiée ! Mal dans mon corps, bloquée dans mes muscles, tétanisée dans mon cœur, endormie dans ma tête.

Tout mon être par moment compte les minutes et se dit :  « vas-y ! Lève-toi ! Bouge ! Sors ! ».

Mais incapable que je suis de m’extraire de mon carcan froid, dur et étroit, je repousse, je repousse et espère… attends…

Je sais que seul le premier pas coute. Qu’il suffit juste de remettre en vie et en mouvement les choses pour me sortir de mon néant…

Le premier pas…

Toujours le premier pas le plus difficile..

Celui qui vous sort de la lourdeur de l’immobilisme…

 

 

Bon, sinon ça n’arrive pas très souvent heureusement !

Car c’est l’enfer une journée comme ça !!!

L’enfer que je vous dis moi mes braves gens !!

Mais dites-moi que cela vous est arrivé aussi ? que je en suis pas la seule, hein !??!

12:55 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (2)

22/06/2009

Adieu souris

  

souris.jpgJ’ai fini par demander à petite souris* de partir…

Il y a ne serais-ce que 2 jours de cela, je ne me serais pas vu lui demander.

Mais j’ai décidé de faire confiance, ou plutôt je me suis rendue compte qu’il fallait, que je pouvais faire confiance, et ce au sens large de ma vie…

J’apprends à faire confiance depuis quelques temps.

J’ai cru, un peu toute ma vie, que j’étais trop confiante, et pour une part c’est vrai.

Mais en faite, je n’ai jamais su réellement, pleinement, justement faire confiance.

Je n’ai fonctionné qu’en autonomie, qu’en autogestion, qu’en auto-confiance.

Avoir confiance, c’est comme aimer, plus on s’aime soi-même plus on est à même d’aimer vraiment et comme il se doit l’autre, les autres.

J’apprends donc La Confiance !

Comme L’Amour d’ailleurs (mais ça, ça fait depuis un plus longtemps que j’y travaille).

 

Donc tout ça pour dire, que petite souris ne viendra plus et qu’au vu de ma confiance toute nouvelle, je vais pouvoir enlever le digicode sur la porte de mon blog, et remettre le paillasson  « bienvenue ».

 

Ça fait drôle quand même de faire confiance…

Même si dans l’absolue je me dis qu’il n’y a jamais rien à perdre vraiment à être trompé, trahi sur ce sujet. Que le plus important est de garder cette confiance si douce et réchauffante de l’intérieur, et que seul celui qui n’en est pas digne a à perdre, cela fait l’effet du premier saut dans l’eau alors qu’on vient tout juste d’apprendre à nager.

Bon et puis au pire, je change de nom, de couleur de cheveux, de continents, et je me laisse pousser les poils !

 

 

* ex de son état

11:32 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

21/06/2009

La clé sur la porte, ce soir…

 Voilà !

Ça fait chier que mon blog soit privé….

Je ne suis pas sure d’avoir bien fait…

Mais j’en avais marre !

Marre de voir certaines personnes s’y installer…

Personnes que je connais ! (je ne parle pas de toi « MonNom », ni de toi « Merlette »)

 

Surtout, depuis quelques temps j’étais obligée de me censurer…

Je ne me sentais plus libre comme au début de tout dire, tout déverser…

 

Ce blog est mon journal intime, mon exutoire, mon déversoir.

Et sans pudeur, sans retenue j’ai tout dis jusqu’à présent.

J’ai écris mes maux que mes mots n’auraient jamais osé nommer.

J’ai sorti de mes tripes l’impensable, l’innommable !

J’ai confronté, pressé, exacerbé, mis en dualité mes émotions…

Emotions qui parfois s’évaporaient sous mes doigts au fil de l’histoire racontée.

J’ai gravé dans l’écris ce qui n’était qu’instantanéité, fugacité du sentiment qui passe et vous emporte, vous écorche…

J’ai évaporé, balayé ce qui me vampirisait.

J’ai pleuré ma douleur

Crier ma peur

Interrogé mes doutes

Transpiré mon amour

Chercher mon être…

 

Mais dernièrement tout à changé…

Ma main a retenue mes mots…

Je ne me suis pas sentie la force, le courage, l’honnêteté, la transparence de dire…

Mon journal intime ne l’était plus !

Ouvert au grand jour à cause d’une petite souris présente depuis bien longtemps déjà.

Cette petite souris bien gentille, fine et rigolote était même souvent agréable à regarder…

Elle s’était, jusqu’alors, l’air de rien, installée sur un coin vierge de mon journal et me permettait d’écrire sans être gênée.

Seulement, un jour j’ai eu besoin du petit coin où elle était pour m’épancher….

J’ai bien pensé la déloger…

Mais les petites souris viennent, reviennent et s’installent sans se monter…

Que faire alors ?

Si encore j’avais pu rendre privé que certains de mes articles !!

….

Oui, il y a une part de moi, pas la plus intime, pas la plus dérangeante, pas la plus profonde que je ne peux écrire sous l’œil perçant de la petite souris…

Autant je peux faire abstractions de ses autres qui m’agacent à être là…

Autant je peux dire l’impensable, le plus noir, le plus vile, le plus laid…

Autant je n’ai pas de limite quant’ à l’image que je peux donner de moi..

Autant…

Autant… comment dire… je ne sais pas si je saurai expliquer…

A vrai dire je ne sais rien de la petite souris.

Je la connais juste ce qu’il faut pour l’appréciée mais c’est tout !

Pour le reste, je ne sais que ce qu’elle me dit, ce qu’elle me montre et ne m’aventure plus à devinait ce qu’elle a souhaité protéger.

Donc, je ne peux savoir ce qu’elle ressent, ce qui la blesse, ce qui l’amuse… mais… !

Mais je ne souhaite pas l’encombrer de se qui me parait délicat…

….

Ho comme c’est dure d’expliquer…

Je ne trouve pas les mots justes, les mots censés, les mots clairs, les mots vrais… !!!

 

Je n’ai pas envie de faire partir la petite souris car je la trouve bien jolie là où elle est, et je souris toujours autant à la regarder, mais sa place, par moment, n’est pas là, n’est plus là !

Donc, d’une certaine manière c’est moi qui partirais, qui écrirait ailleurs, autrement…

 

Parfois je me dis aussi, que je me dois de ne plus, moi aussi, m’inviter sur son blog. Que certainement, peut-être déjà, peut-être un jour, elle se sentira, elle aussi, obligée de ne pas dire, à cause de moi.

Oui car cela ne me regarde pas !

Je ne suis pas une inconnue ou juste une copine à qui on peu dire sans retenue… !

Oui je n’ai pas et surtout plus à savoir ce qui est de l’ordre de l’intime de la petite souris !

Et elle doit pouvoir s’exprimer librement, sans gène et sans crainte aussi de me heurter…

Alors j’avoue que je fais l’effort, maintenant que j’ai fermé ma porte, de ne plus aller, cachée en petite souris moi aussi, me faufiler chez elle.

Mais j’avoue aussi, que malgré l’engagement que je me suis faite, par correction, par respect pour elle (elle qui ne m’a rien demandé), je ne suis pas sure un jour de me laisser déborder par ma curiosité…

J’espère que non…

 

Enfin voilà…

22:37 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (4)

16/06/2009

Je profite, tu profites, il profite, nous profitons, vous profitez, ils profitent…

 

 

Suite à un commentaire des plus intéressant d’une bloggeuse sur mon article « Réforme qui Sert A rien » j’ai eu envie, avant de rendre plus « intime » ce lieu, de répondre sous forme de note.

C’est ainsi, titillé dans mon plaisirs à débattre et à confronter les méandres de mes pensées, que je viens vous soumettre mon regard quand à l’idée répandue que certains (allocataires sans emploi) profitent du système…

 

 

Visibilité ?

 

Il parait évident que nous sommes prompte à remarquer ceux qui profitent du système…

Il est d’ailleurs intéressant de se demander pourquoi et de s’interroger sur notre intérêt en la matière qui n’est peut-être pas si « valeureux » que cela…

Mais de fait, dès que nous entendons parler de personnes touchant indument certaines allocations, notre esprit se fixe dessus et l’image prend toute la place sur le sujet…

Serait’ il judicieux alors de parler de trop grande visibilité ou de visibilité réduite ?

Par ailleurs, ne pouvons-nous pas considérer que justement ce sont ceux qui profitent du système qui se manifestent facilement aux différents organismes publics ou associatifs et par là-même se rendent visibles ?

Tel le psychiatre qui pourrait certifier qu’il existe beaucoup de personnes « malades » pour preuve qu’il en voit tous les jours, ne manquons nous pas un peu de recul face au phénomène… ?

 

 

Si nombreux ?

 

Dans la continuité d’une visibilité qui me parait bien déviante et influencée, il me semble que ceux qui entrent dans la catégorie des « profiteurs » sont minoritaires.

Malheureusement une minorité visible qui cache une majorité invisible !

Le RMI ainsi que tous les autres dispositifs d’aides (caf, sécurité sociale, MDPH) ont leur lot (comme face à toute possibilité de rentrée d’argent) de « profiteur ». Cela n’est pas nouveau et a priori rien ne permettra le moindre changement !

Par contre, attention, de ne pas léser une majorité dans le besoin pour une minorité « malhonnête » (et encore pouvons nous toujours parler si abruptement de malhonnêteté lorsque la vie, la société, certaines situations personnelles réclament des moyens que les allocations ne suffisent à combler ? Que savons nous de la vie et de la situation réelle des gens…. ?) !

Comme attention de ne pas retirer notre aide ainsi que notre capacité à mutualiser nos efforts et tendre la main au nom de certaines « malversations » humaines.

Attention également de ne pas bafouer le droit inaliénable à la liberté d’être et de penser de chacun, au nom d’une aide qui pour le coup perdrait son sens puisque « intéressée » ou en « contrepartie » de… !

La dérive peut-être très grande et plonger plus vite qu’on le croit un pays dans un système archaïque et autocratique…

 

 

Et les autres ?

 

En dehors de tous les bénéficières d’aides de l’état, à combien cela se chiffre t’il tous les profits que font de nombreux salariés public ou privé ?

Ne criez pas, je vous explique.

Combien pour les courriers, les coups de fil, la nourriture, les petites fournitures et papeterie en tout genre, les quelques heures que l’on grappille… sur le dos de notre entreprise ou de l’état ?

Combien pour les sommes (pension, rente, black, ressources annexes) que l’on ne déclare pas dès qu’on le peut, la TV qu’on a oublié de signaler, la pension… ?

Et toutes les petites malhonnêtetés et petits vols en tous genres qui font légion chez tant de Français…. ?

Ne serions nous pas quelque peu nombreux a tenter de « profiter » dès que cela est possible du système ?

Ainsi tout cela ne devrait’ il pas être regardé du même œil que celui qu’on porte sur une personne qui n’a peut-être pas tout fait pour reprendre un travail (et ceux pour des raisons que nous ne pouvons juger) ou a cumuler ses allocations avec d’autres ressources…. ?

Tiens cela me fait penser à une phrase : « avant de regarder la paille…. »

 

 

Réalité :

La plupart des chômeurs et RMIste le sont contre leur grès et donneraient volontiers leur place à tout salarié.

La plupart des salariés ne gagnant pas plus qu’un bénéficière d’aide de l’état ne renoncera jamais à sa place pour prétendre à une quelconque allocation a vivre seul enfermé chez lui.

 

Personnellement, je n’ai jamais vu, une seule de toutes ses personnes dont le discourt est de dire que le RMIstes a bien de la chance (contrairement à lui) cesser son activité professionnelle !

Par contre, j’ai vu beaucoup de gens sans emploi, se sentir au banc de la société, inutiles, désabusés, mal considéré, déprimé (parfois même dépressifs) et pire dans une merde noir financière !

Car soyons réaliste, malgré la CMU, l’exonération de la TH et redevance TV et une allocation logement plus conséquente, qui arrive à vivre (même à survivre) a 3 avec 600 euros de RMI ou d’allocation chômage ??!

 

 

Dernier point :

La justice, l’équité n’existe pas en ce bas monde !

Par contre, il est à se réjouir si certains d’entre-nous, peux nombreux malheureusement, ont pu s’en sortir mieux que les autres à moindre mal ! Non ??! (envieux ? ;-))

Dans tous les cas, ils seront toujours bien trop minoritaires pour ôter le moindre pain de la bouche de qui que ce soit !

Et n’oublions pas que quiconque voit ses ressources augmenter, augmente de fait son pouvoir d’achat et réinjecte donc l’argent perçue dans l’économie du pays !

23:15 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (3)

14/06/2009

WE tranquille :

Copains

Balades

Festivités

Soleil

Oiseaux qui chantent

Bien mangé

 

A noter toutefois…. :

Une douleur dans les jambes comme quand on est petit et que l’on grandit.

Je grandis encore ?

Une sensation de tristesse mélancolique en fond de décor de ce joli et agréable WE

C’était obligé ?

 

J’ai l’impression que cette mélancolie fait suite à certaines pensées…..

Oui, dès mercredi soir je suis en congé, jusqu’à dimanche soir !

A comprendre : pas d’enfants, repos ou pas mais totalement libre et sans contrainte aucune.

C’est cool ! Me dis-je sans conviction !

Woué ! woué woué… !!!

Que vais-je faire ?

Peur de s’ennuyer ?

Non ! À vrai dire je ne m’ennuie jamais !

Y’a toujours des choses sympas à faire, et je me sens plutôt bien en tête à tête avec moi-même.

Alors quoi ?

Je n’ai pas envie d’être seule.

J’ai envie que l’on pense à moi

Que l’on m’invite à faire des trucs à la con ou même rien, mais de respirer tout simplement le même air que l’un de mes congénères humains !

Y’a donc un sentiment de vide….

 

Rien de méchant mais fait chier !

 

Par moment je me dis que c’est con !

Avant je n’existais que pour mes enfants, n’avais pas de vie, n’avais de la place pour rien… et pourtant avais la possibilité "de..." qui m’était donnée !

Et maintenant, où un grand ménage a été fait, où la place de chacun a été redéfini, où la gaité et l’allègement sont de rigueur, je me retourne sur moi (de tout cet espace) mais ne vois rien ! Je suis seule quelque part !

J’ai du temps !

Du temps pour moi

Du temps pour mes amis

Mais du temps en trop face à un pas assez !

 

Et je suis là comme dans l’expectative, sans savoir réellement ce que je veux, ce que je dois, ce qu’il en est… !

Je ne m’inquiète pas par contre !

Non !

Ça changera !

Ça évoluera (positivement tant que je m’en  donne les moyens et suis aidée pour).

Mais tout de même ça fait chier !!

 

19:32 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (0)

Privatisation dans 48h

 

Hé oui tout se privatise de nos jours ! Même mon blog !

Ainsi braves gens égarés en ces lieux, vous ne pourrez lire ma petite vie qu’avec un code dorénavant !

Pour recevoir le sésame, ne pas hésiter à m’en faire la demande.

 

Voilà !

A vrai dire cela me chagrine un peu de rentre priver se blog… il y a le pour et le contre…

Mais comme il y a aussi du pour et du contre à le laisser à la libre lecture de tout le monde…

On verra bien…

 

Voilà !

On va faire dans la conversation « entre-nous ». coooollll !

11:25 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (4)

12/06/2009

Avec ou sans thé

 

J’ai décidé d’arrêter de fumer !

Ayé !

Lundi, en me levant, je me suis dit :  « stop la cigarette ».

Cela fait longtemps que je souhaitais arrêter, avant tout pour des raisons de santé, mais je n’étais pas prête.

J’ai donc attendu (sans m’en préoccupé) de l’être.

Je sais que les choses viennent d’elle-même et qu’il faut se faire confiance.

Et voilà, ce fut lundi 8 juin que le grand jour arriva.

Ce matin, une fois de plus j’avais dans la bouche ce petit gout déplaisant qu’ont les fumeurs et qui me fait me sentir sale des poumons (oui cela me donne cette sensation).

Ce matin, une fois de plus je me sentais bien fatiguée d’un manque de sommeil récurant autant que d’une énergie chroniquement faible et qui peine à démarrer.

 

Cela fait plusieurs mois que je constate que le fait de fumer m’affaiblit globalement.

Vu que je ne fume pas de manière constante et régulière dans la journée, je vois bien la différence entre les moments où je fume et ceux non.

Fumer me fait toujours perdre un peu de mon énergie, qui m’est fort précieuse vu que défaillante à la base. Par ailleurs, souvent (pas toujours, mais souvent) j’ai des palpitations dès que je fume et parfois une chute de tension en parallèle.

Ma perte massive et critique de cheveux de ces derniers mois m’a fait aussi réfléchir…

Je sais qu’il y a dans la cigarette un merveilleux cocktail de produits hautement toxiques pour l’organisme et même si ma perte de cheveux (consécutive entre-autre d’une acidé et inflammation du colon ne permettant pas l’absorbions des nutriments nécessaires à mon corps) n’est pas du que à cela, je pense qu’elle y contribue et voir même peu en être le déclencheur.

Mon médecin m’a également dit, au vu des examens effectués que j’avais le profil d’oxydation d’une petit vieille, et on n’est pas sans savoir que la cigarette provoque une oxydation des cellules…

Bref, ma santé n’est pas suffisante pour que je me permette de la dilapide en fumé !

Et dans le principe, même en bonne santé générale, je pense que l’on se doit d’être respectueux avec son corps et de préservé ce que la vie a pu nous donner (et malheureusement tout le monde n’a pas).

Voilà, il était donc temps que je lâche avec ma béquille la clope !

Par contre je le ferrais à mon rythme et en douceur, car c’est ainsi que je fonctionne.

Depuis lundi je ne fume plus que 2 cigarettes par jours au lieu de 6 en moyenne (c’est terrible le fait d’en parler me donne envie d’en griller une… grrrr).

Il me faudra plusieurs jours encore pour lâcher avec certaines habitudes et conditionnement qui provoquent l’envie et l’idée de fumer…

Voilà, dans quelques semaines j’aurai des poumons en voie de propreté (vilain goudron, va t’en !).

 

Seul bémol, cela ne va pas aider mes affaire coté poids ! Déjà que je n’arrive plus à délester…. !!

Enfin, ce n’est pas le plus important !

 

 

Petite dernière chose coté « forme t bien-être » : le sommeil !

« Pas assez » et « assez bien » dormir n’aide pas à se sentir en forme ! Surtout lorsque c’est récurant !

Le « pas assez bien » est travaillé en amont et je ne désespère pas qu’un jour il soit régulé. Mais en attendant j’ai une prise bien limité dessus.

Par contre le « pas assez » est de ma responsabilité totale.

Depuis toujours, je suis une grosse dormeuse. J’ai besoin de 9 minimums et 10 optimums heures de sommeil.

Même lorsque je dormais bien, comme une souche que rien n’aurait pu réveiller, je tournais autour de 10 heures.

Sachant que les 9H minimum sont vraiment minimum. En dessous je me sens dans un état critique… !

Mon âge avançant et ma capacité de récupération diminuant, il est d’autant plus important d’être vigilant à garder un bon rythme de vie et de sommeil.

Mais !

Depuis très longtemps, par périodes longues et récurrentes, je ne dors que 7h, voir moins par nuit.

Sachant que les dites 7 heures le sont d’un sommeil léger où je me réveille de très nombreuses fois dans la nuit.

Heureusement dieu a inventé la ricorée le matin !

Si j’étais plus rigoureuse avec moi-même, sauf quelques exceptions, je me coucherai plus tôt !

Je me lève à 8h (voir 8H30) tous les matins, et commence à me réveiller de manière significative vers 6H, donc me coucher après minuit me parait pas respectueux de mes besoins… !!

C’st plus fort que moi ! J’aime le soir, j’aime me coucher tard !

Mais je n’aime pas me lever tôt !

Seul le WE, et encore pas si souvent que cela, je peux un peu récupérer car j’ai la possibilité de rester au lit jusqu’à 10h !

Et j’avoue que chaque jour j’attends avec impatience ce jour ou je peux rester tout le temps dont j’ai besoin à me reposer sous ma couette !

Je suis une anorexique chronique du sommeille !

Chaque minute m’est précieuse.

Je suis en manque tout le temps.

 

Voilà ! il me faut être RAISONNABLE !!

Peuffff !!

 

 

(Et ne pas être dérangée par des gens à des heures indues le WE !)

16:44 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)

11/06/2009

Pour faire plaisirs à Francis et Pascal (mon bon cœur me perdra !)

 

Mais c’est quoi donc tous ces Tag qui passent et rapace (restes d’une vieille blague sur l’école, je n’ai pas pu m’en empêcher) sur internet, obligeant de pauvres et frêles créatures comme moi à raconter des trucs niés ?

 

Le tag ne passera pas par moi !

Je me protège moi !

Oui mais c’est tellement bon sans ce machin qui …

 

Je suis faible alors voilà ! ….

 

A cause de Francis je vais céder à mon premier dépucetag !

Par contre je ne saurai imposer cette pratiques barbare à mes concitoyens virtuels, donc ne comptez pas sur moi pour en tagger d’autres en retour. Je sacrifie déjà ma virginité en la matière alors il me faut un peu de temps pour me remettre de l’expérience.

 

 

 

***PS d’intro : on ne pourrait pas faire plutôt un tag avec les 3 petits trucs chiants de la vie qui vous agacent ? Ce serait plus drôle je trouve***

 

 Si Amélie Poulain aime briser la croûte d’une crème brûlée avec la pointe de la petite cuillère, faire des ricochets sur le canal Saint-Martin et plonger la main dans un sac de grains, nous avons tous et toutes des petits plaisirs qui n’appartiennent qu’à nous et nous redonnent du baume au cœur.

Quels sont, comme Amélie, les trois petits plaisirs qui vous redonnent le baume au cœur ?

 

 

- M’assoir, toute seule, dans ma cour sur mon transat et humer la vie en écoutant les oiseaux chanter en été ou le silence en hivers, et en regardant le ciel, les arbres…. Grand moment de paix avec moi-même où je prends du temps avec la vie.

 

- Regarder ceux que j’aime tout simplement

 

- Me taire en compagnie de quelqu’un que j’apprécie

 

 

 

Non mais c’est dur comme question !!

Et puis c’est quoi cette manie qu’on les gens de vouloir me poser des questions depuis que je n’en pose plus !?

 

Sérieusement pour moi les petits plaisirs de la vie sont nombreux et différents suivant les jours. Ils sont très subtils et n’appartiennent qu’à moi. Et surtout ils tiennent à ce sentiment que je perçois souvent en moi qui me fait me sentir sereine et souriante…

Ils sont dans le plaisirs que j’ai à grandir et croire en la vie.

 

 

 

 

Ha sinon, ce soir je vais manger au resto avec un copain et bien je trouve cela bien agréable aussi comme petit plaisirs de la vie. Miam miam...

16:38 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (4)

09/06/2009

Goût amer

 

 

Voilà !

Je lui ai écrit une lettre, plutôt longue mais pas trop, où j’ai posé avec modération, positivement et le plus justement possible mes mots.

Aucun reproche.

Juste un ressentit, le mien exprimé en tentant de suggérer, d’ouvrir à la compréhension, sans poser à même la page des mots abruptes et peut-être trop durs à entendre.

Mais.

Voilà !

Il l’a mal pris….

Clash !

Clash de souffrance

(je vous passe toutes les vilaines choses qui m’ont été dites du coup… tout y est passé… !)

Et il n’a pas compris….

Peut-être moi non plus d’ailleurs…

Je regrette qu’il ne voit pas, qu’il appartient toujours à soi (et pas que à l’autre) de susciter l’amour ou de le détruire.

Et qu’Aimer, de toutes ses forces, n’est pas contraire pour autant à tout mettre en œuvre pour briser ce sentiment chez l’autre …

 

J’ai de la peine, pour lui avant tout.

Je me sens inquiète, pour lui surtout.

Et peut-être un peu de culpabilité se loge dans mes pensées.

Je cherche ce que j’aurais pu faire mieux, autrement ou ne pas faire.

J’ai forcément ma part de responsabilité.

Ne pas vouloir nuire.

Vouloir faire de son mieux en son âme et conscience, et avec ce que l’on est, ne déresponsabilise pas. Bien au contraire !

 

Je m’inquiète de la tournure que vont prendre les choses pour lui, même si à vrai dire je suis dans le recul…

Mais je ne peux l’aider.

Pourra-t-il s’aide lui-même ?

 

La souffrance est destructrice… je le sais….

Elle balaye également l’équilibre, toujours remis en cause, de chaque être.

 

Que faire… ?

 

Par moment je crains qu’il dérape au point de me nuire aussi ou de faire un (ou des) acte insensés…

L’avenir seul dira…. ?

 

Moi qui aspire à la légèreté, n’est-ce pas immoral (inhumain) d’être ainsi et de vouloir me détourner, pour voler vers ma liberté ?

Ou s’arrête ma responsabilité ?

 

Mes yeux se portent au loin vers le soleil et lui porte ses yeux vers moi tandis que son corps, son cœur et son âme souffre.

C’est triste !

Mais je suis démunie, impuissante même…. !

 

Dois-je feindre l’amour ?

Non je ne le crois pas et pourtant…

21:12 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (6)

Je crois que je vais finir muette

 

Aujourd'hui on m'a demandé en mariage.

Ce n'est pas une blague et ce n'est pas drôle pour le coup !

Je suis dépitée !!

 

 

Oui plus je prends de la distance et plus il s'accroche à moi...

 

Il souffre

Je me sens démunie

 

Du coup je ne brille pas trop vu la situation, lourde d'enseignement en passant...

Je découvre également comment on arrive à se taire, voir travestir les choses car on se sent acculé et qu'on ne veut pas blesser...

Cela me fait mal tout cela malgré la distance d'émotion que je prends.

 

Peuffff

Je n'ai envie que de légèreté en ce moment...

Et un vent de liberté souffle en moi

J'ai envie de ne pas penser, de ne pas m'arrêter, juste vivre !

 

Je me sens piégée dans une situation qui me dépasse face à une personne qui m'aime à m'en décrocher la lune et le soleil avec, et qui va bientôt perdre sa sœur (elle est en phase terminale d'un cancer, elle n'a plus que 3 mois à vivre mais ça il ne le sait pas encore) et qui vient de perdre sa voiture dans un accident (qu'il a eu en voulant malgré mes objections venir me rejoindre pour m'offrir un cadeau...) où il a été suffisamment blessé pour souffrir le martyre en ce moment.... !!

Mais il ne peut se passer une journée sans qu'il soit là à me téléphoner, à m'envoyer des messages sur mon portable, sur mon mail où il me dit à quel point il m'aime et je lui manque...

 

Et moi ?

 

J'ai essayé de lui dire « pause » ste plait !

Mais là j'ai eu droit au grand désespoir, ponctué de : à part toi j'ai plus rien et je n'ai plus qu'à mourir... Tu es si douce, si gentille, si attentionné, si jolie.... Te connaitre me fait tant de bien .... Et voilà c'est quand on est mal qu'on n'a plus personne (oui c'est vrai en plus, je sais)... là tu tire sur l'ambulance (heuu non je veux juste prendre mes distances et ne peux pas être présente près de toi)... etc...

Du coup je suis allée le réconforter car j'ai de l'affection pour lui et de la peine, et je ne suis pas insensible et froide (c'est ce qu'il me dit quand je le repousse ou ne lui dis pas ce qu'il veut entendre), mais....

 

Là j'ai même un peu peur pour le coup ! Je ne brille pas !!

(Et pourtant en ce moment le moins qu'on puisse dire c'est que je suis stoïque et cool pépère face aux choses et situations (sauf l'autre jour où je me suis agacée toute seule à parler d'un con qui a malgré tout marqué ma vie, et cela m'a bien étonnée !!....). C'est même cette attitude zen qui est interprétée comme de l'indifférence, de la froideur ou du refoulement. Mais en faite non ! Je relativise et goûte aux joies de l'apaisement !

(c'est quand même un comble pour moi d'être traitée d'indifférente et de froide... Comme quoi tout arrive dans la vie))

 

  

 

Sinon en passant et sans briller du tout encore : « pardon Romain.... »

 

 

 

 

Quelle conne moi quand même!

Oui et  s'en rendre compte c'est bien mais ce n'est pas agréable, cela ne comtribue pas à l'épanouissement de son égo....

Enfin, faut bien payer ses conneries....!!! C'est salutaire en plus (enfin pour ceux qui ont envie d'apprendre...)

 

 

 

 

(Bizarrement c'est sans doute la note la plus difficile et la plus « impudique » à mes yeux que j'ai eu à écrire.... Et pourtant des choses « hard » j'en ai écrite par le passé.

Là pour le coup je me sens un peu nue et ridicule...)

10:24 Écrit par Pom dans Pompompom | Lien permanent | Commentaires (5)